Contenu des interventions pour les jeunes pré-pubères

A partir des principaux Repères du Pass’AMOUR, l’Intervention Vers l’AMOUR permet de travailler les programmes de l’Education Nationale tout en intégrant les notions de personne et de respect de soi et de son corps ; en les abordant par le sens, ceci permet de pouvoir identifier et dénoncer les comportements à risques (pornographie, harcèlement, etc..) et les dangers (inceste, pédophilie, etc…).
 


ÉTAPES D’UNE INTERVENTION VERS L’AMOUR

1- PHYSIOLOGIE / REPRODUCTION

• A partir de l’évolution physiologique du corps humain, en clarifiant les termes avec des mots simples et justes pour ne pas atteindre la pudeur, l’Intervenant Pass’AMOUR répond aux questions profondes de l’élève sur la connaissance de son corps et du corps de l’autre.


• En expliquant la reproduction humaine, l’Intervenant Pass’AMOUR permet à l’élève d’aborder la notion de sexualité, qui est à la fois « naturelle » et avec une spécificité humaine (consentement, liberté). Il n’aura ainsi plus besoin de chercher à « apprendre » par des moyens qui pourraient impacter négativement sa construction affective et il sera encouragé à la maîtrise de ses pulsions (= différence avec l’animal).
 


2- PERSONNE HUMAINE / PUDEUR / RESPECT DE SOI ET DES AUTRES :

• En questionnant la notion de plaisir (« Il y a des plaisirs qui rendent heureux et d’autres non »), l’Intervenant Pass’AMOUR guide l’élève vers une réflexion plus large sur la personne humaine dans ses 5 caractéristiques fondamentales : corps, émotions, être de relation, intelligence et conscience. Ces notions seront clarifiées par l’échange.


• Cette approche factuelle et simple permet à l’élève d’appréhender la complexité des enjeux qui existent autour de son corps et du corps des autres. On peut ainsi aborder les notions de respect et de pudeur, et poser les grands interdits en leur donnant du sens, sans pour autant paraître moralisateur ou être « anxiogène ».

• A partir d’un travail de réflexion sur les mots-clés de l’amitié, l’Intervention Vers l’AMOUR se termine par une évocation de l’amour comme étant une réalité complexe : étant davantage qu’une simple attirance, elle a besoin de temps pour se découvrir et s’apprendre.